4 mois d’une mobilisation décisive

Écrit par Super User le .

Pendant plus de 4 mois, étudiants, lycéens, ouvriers, cadres et techniciens se sont mobilisés avec une grande diversité de formes d'action. Le 49°3 et la division syndicale, avec le cavalier seul de la cfdt, permettent au gouvernement d'imposer un projet de loi pour lequel personne n'a voté, au mépris de l'opposition d'une large majorité de français. La colère contre ce passage en force est très profonde et poursuivra le gouvernement. La bataille continue.

La mobilisation en chiffres :

  • 13 journées d’actions nationales unitaires
  • 1 million de participant-es à la votation citoyenne

 

Un mouvement social inédit

17 février
le projet de loi Travail est rendu public dans la presse.
24 février
un collectif de Youtubeurs lance le hashtag #OnVautMieuxQueÇa sur les réseaux sociaux.
25 février
à l'initiative de la CGT, l'intersyndicale CGT/FO/FSU/Solidaires/UNEF/UNL/FIDL dénonce la loi Travail et appelle à la mobilisation.
9 mars
500 000 personnes manifestent contre la loi Travail.
31 mars
1,3 million de personnes manifestent. Lancement de « Nuit debout ». Des centaines de milliers de lycéens et d'étudiants se mobilisent.
18-22 avril
congrès de la CGT, qui appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril, par la grève interprofessionnelle et les manifestations pour obtenir le retrait du projet de loi de casse du code du travail.
18 avril
début de la mobilisation des intermittent-es du spectacle.
15 avril
lancement de la plateforme lobbycitoyen.fr/loitravailnonmerci : les députés reçoivent des centaines de mails, appels et tweets exigeant qu'ils s'opposent à la loi Travail.
Mai-juin
des milliers d’arrêts de travail et des grèves reconductibles ont lieu dans de nombreux secteurs, avec notamment les grèves reconductibles des raffineries, des cheminots, des routiers et du secteur des déchets et les ports qui sont arrêtés à chaque journée d'action. L'ampleur de ces grèves peut être évaluée grâce à L'INSEE qui chiffre à -0,5 % la baisse de la production dans le secteur industriel en mai (alors qu'elle avait augmenté de 1,3 % en avril).
10 mai
face à la fronde des députés, le gouvernement dégaine le 49°3.
12 mai
Pierre Gattaz traite les militants CGT de « terroristes et de voyous ».
20 mai
l'intersyndicale écrit un courrier à François Hollande demandant à être reçue. Le Président de la République n'a jamais répondu à cet appel au dialogue.
30 mai
lancement de la votation citoyenne.
14 juin
1 million de personnes défilent à Paris, 1,3 million dans toute la France. Le gouvernement amalgame les manifestant-es et les casseurs.
24 juin
pour la 1ère fois depuis 1962 le gouvernement interdit une manifestation syndicale. Il sera obligé de reculer.
28 juin
remise de 1 million de votations citoyennes à l'Elysée.
3 juillet
55 entrepreneurs, cadres dirigeants et supérieurs dénoncent la loi Travail et appellent le gouvernement au dialogue.
5 juillet
la tour Eiffel est habillée aux couleurs de la mobilisation.
5 juillet
pour la 2ème fois, le gouvernement fait adopter sa loi en force avec le 49°3.
20 juillet
pour la 3e fois, le gouvernement fait adopter sa loi avec le 49°3.
22 juillet
des recours sont déposés devant le conseil constitutionnel pour non respect du débat parlementaire.

 

Qui a permis de premiers résultats

21 mars
1ers reculs du gouvernement qui supprime notamment : le plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif, l’augmentation du temps de travail des apprenti-es mineur-es, la mise en place des forfaits-jours sans accord d’entreprise, le fractionnement des 11h de repos quotidien et la négociation des congés pour évènements familiaux (mariage, décès...) dans chaque entreprise.
11 avril
le gouvernement est contraint d’annoncer un plan pour les jeunes : augmentation du nombre et du montant des bourses étudiantes et lycéennes, extension de la « garantie jeunes », mise en place d’une aide à la recherche du premier emploi et concertation sur la rémunération des apprenti-es.
11 mai
la protection contre le licenciement est étendue à 10 semaines après la fin du congé maternité (contre 4 aujourd'hui) et au 2e parent, la définition du harcèlement sexuel et du sexisme est renforcée (article 1) et le périmètre international est rétabli pour apprécier les difficultés des entreprises en cas de licenciement économique (article 30).
17 juin
échec de la négociation assurance chômage et du Medef qui voulait faire adopter des baisses de droits pour les salariés. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement.
5 juillet
la loi Travail prévoit 6 domaines dans lesquels l'accord d'entreprise ne peut déroger à l'accord de branche : les classifications, la formation professionnelle, la prévoyance, les salaires, l'égalité F/H et la pénibilité (il manque malheureusement le temps de travail), la disposition qui empêchait les travailleurs des plateformes numériques d’exiger une requalification en CDI est supprimée (article 27).

 Malgré ces avancées, l’essentiel des dangers de la loi travail demeurent. Retrouver ici l’analyse complète.

 

Quelques exemples des avancées sociales obtenues lors des mobilisations

 

23 mars
Isover St Gobain : après 5 000 heures de grève, la CGT gagne 5 recrutements, des augmentations de salaire et des congés supplémentaires.
28 avril
les intermittent-es du spectacle gagnent un accord qui améliore leurs droits.
Mai
la CGT fait reculer Bruxelles qui voulait privatiser 50 % des barrages hydroélectriques français.
2 mai
après 10 jours de grève les salariés de NTN Le Mans (sous-traitant de Renault) gagnent des augmentations de salaires pour toutes les catégories.
19 mai
après 2 jours de grève les salariés de la clinique Ste Mathilde de Rouen gagnent 1 350 € d'augmentation annuelle nette.
20 mai
les routiers obtiennent le maintien de la majoration de leurs heures supplémentaires à 25 et 50 %.
7 juin
la direction de la SNCF est contrainte de revoir sa copie dans l'accord d'entreprise face à la mobilisation des cheminots.
8 juin
après 15 jours de grève, les salarié-es d’ERDF Noisy Le Sec gagnent des embauches, des augmentations de salaires et une amélioration des conditions de travail.
Juin
le gouvernement s’engage à investir dans les centrales thermiques de Cordemais et du Havre pour limiter leur impact carbone et pérenniser l’activité jusqu’à 2035.
24 juin
après de nombreuses grèves et actions, les agents de Météo-France obtiennent la réouverture de discussions sur le plan d'austérité et de suppressions de postes imposé par le gouvernement.
30 juin
en grève pour la première fois les salariés d'Itele font reculer la direction sur la nouvelle grille de programmes et obtiennent des mesures sociales pour les contractuels non renouvelés.
3 juillet
après 214 jours de grève, les postiers de Rivesaltes (66) ont gagné l’arrêt des réorganisations et des projets de suppressions de postes.
6 juillet
le gouvernement renonce à certaines mesures d'austérité et augmente le budget de tous les ministères sauf ceux de l'environnement et des finances, 14 000 postes de fonctionnaires seront créés en 2017.
7 juillet
malgré l'opposition du Medef et de la cfdt, la CGT gagne l'application de l'accord intermittents du spectacle au 1er août.
7 juillet
après 9 jours de grève, les 2200 salarié-es de la clinique de Bordeaux Nord obtiennent 15 à 30€ d’augmentation de salaire par mois.
12 juillet
la CGT signe l’accord de méthode qui cadre la négociation de la future convention collective unifiée de la métallurgie.
13 juillet
la ministre de l’éducation nationale annonce, pour la première fois depuis 2010, une augmentation du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche de 850 millions d’euros. Cette augmentation est directement issue de la mobilisation, mais ne suffira pas à résorber la précarité et à relancer la recherche publique. Surtout, elle ne sera mise en œuvre qu’en 2017, alors que la rentrée universitaire 2016 s’annonce très compliquée. Voir le communiqué de presse du Syndicat National des Travailleurs de la Recherche Scientifique CGT.
21 juillet
la CGT signe l’accord de révision des classificationsdans la branche Verre Mécanique, et obtient de meilleurs déroulements de carrière, des revalorisations de coefficients. Cet accord sera suivi d’une négociation sur l’égalité Femmes Hommes.

  

La bataille continue.

Il faut 127 décrets d'application pour que la loi entre en vigueur, l'enjeu est de la rendre inapplicable, d'en obtenir l'abrogation.

 Pour mettre en échec la loi Travail : implantons la CGT dans toutes les entreprises

Le meilleur moyen d'empêcher des accords dérogatoires à la loi, c'est de se coordonner avec des élus et militants CGT, indépendants des employeurs et s'opposant au dumping social dans toutes les entreprises. Pour rendre la loi inapplicable, rejoignez la CGT sur votre lieu de travail ou créez la CGT dans votre entreprise.

 

 

par l'UGICT-CGT

Tags: la CGT Luttes Austérité Réforme Travail