PPCR

module BD1

GHT

Des super-héros du quotidien !

Écrit par le Groupe de Rédaction le .

Un syndicat existe avant tout par la nécessité de s’unir, être solidaires et plus forts collectivement. Bien que nos gouvernants rognent sans cesse les droits et moyens d’actions syndicaux, nous utilisons régulièrement toutes les possibilités que nous avons à notre disposition. Mais nous ne pouvons construire une action sans engagement des personnels eux-mêmes :

NOUS NE POUVONS RIEN FAIRE SANS VOUS !

Depuis des mois des années, nous n’avons eu de cesse que d’interpeller et d’alerter sur la violence dans notre établissement, et tout particulièrement dans les unités du  DPED  TED  TSA.
Sans résultat probant... Jusqu’à mercredi dernier.

Avec l'accord des agents impliqués, nous décidons de rompre le silence de plomb institutionnel :

Le 5 octobre 2016, en fin de matinée, un évènement grave s’est déroulé au sein de l’unité TSA 4 : au cours d’une intervention, un patient a agressé un infirmier du Service d’Accueil et de Garde Infirmier (SAGI) et ce soignant a, à son tour, frappé ce patient.

La suspension de cet infirmier a été la goutte d’eau pour que l’équipe du SAGI dise STOP, car leurs multiples alertes n’avaient pas trouvé d’oreilles et l’établissement n’a eu aucune autre attitude que l’aveugle recherche de sanction : l’évènement n’est pas déclaré officiellement, notre hôpital PSYCHIATRIQUE ne s’interroge même pas sur les raisons qui ont conduit un infirmier à être à bout de nerf... jusqu’à frapper un patient.
UNE HONTE !!!

Mais la cgt a pu commencer à travailler avec l’équipe du SAGI, lever l’épais voile institutionnel et utiliser quelques leviers.

La situation catastrophique le weekend dernier dans l’unité TSA 4, en plus de l’évènement du 5 octobre, aura enfin permis de libérer la parole des personnels, permettant enfin une action syndicale : une alerte gravissime et la réunion d’un Comité d’Hygiène, de Securité et des Conditions de Travail d’urgence (CHSCT).

Et c’est un gigantesque iceberg qui apparaît avec des violences quotidiennes, dont certaines particulièrement graves. Voici quelques extraits (mais on pourrait en remplir des pages...) tirés de la rencontre des membres cgt du CHSCT avec l’équipe et de la réunion urgente qui s’est tenue mercredi matin avec la présence de 16 personnels de l’unité :

« Durant 24 ans de service, beaucoup en service adulte, je n’ai jamais été autant violenté de ma vie ! »

« Je suis dépassé. Comme tout le monde... »

« Les agressions n’alertent pas. Elles deviennent des fautes. »


« On n’est plus respecté en tant que soignant... »


« Nos patients ne sont plus en sécurité non plus ! »

 La cgt des personnels du CHS de Saint-Égrève ne manquera pas d’informer très bientôt sur tout ce qui s’est déroulé, des suites que nous exigeons comme des décisions qui seront prises.

Franchement, vous pourriez retourner au travail chaque jour alors que vous savez que vous allez vous faire frapper, mordre ou griffer ?
A la cgt, nous pensons qu’on ne le pourrait pas. Parce qu’il n’est pas normal de se faire agresser quotidiennement au travail, les soignants de l’unité TSA 4 sont à nos yeux des super-héros !
Nous tenions donc particulièrement, et avant tout, à leur décerner à tous sans plus attendre notre « médaille du mérite ». Ce ne sont pas des anonymes, ils sont nos collègues de travail, ils sont :

Alisson Audrey Camille Catherine
Claire Franck Isabelle Jean-Baptiste
Léa Louisa Maguelonne Manon
Marine Marlène Martin Mickaël
Morgane Patricia Pauline Sonia
Véronique Violaine Xavier  

 

 Bien sûr, il ne faut oublier personne : les personnels qui ont préféré ne pas être cités, les personnels qui ont quitté prématurément l’établissement parce que la situation était juste insupportable, les personnels qui sont allés remplacer dans l’unité, et les personnels qui se sont déplacés pour des renforts ponctuels. Au premier rang de ces derniers, on trouve bien sûr les collègues des unités voisines, mais surtout les indispensables infirmiers et Cadres du SAGI.

Vous pouvez, individuellement ou collectivement, apporter votre soutien à l’équipe du TSA 4 et à l’équipe du SAGI dont l’un des infirmiers est pour l’instant suspendu. Ils en ont tous grand besoin.

Vous pouvez également nous adresser vos messages de soutien : nous ne manquerons pas de transmettre ces messages à tous ces super-héros du quotidien.

 

Tags: CGT du CHS Saint-Égrève CHS Saint-Égrève Psychiatrie Conditions de travail CHSCT

TRACTS

dernier tract

BRÈVES

BRÈVES

ACTIONS